Enseignement

Vous pouvez parcourir le programme ci-dessous ou le télécharger en cliquant ici.

Témoignages issus de l’enquête Dites-nous:

« J’ai des enfants scolarisés dans le communal.  Ce que je déplore, c’est le manque d’activités artistiques et culturelles. »

« Ayant des enfants avec des difficultés de troubles de l’attention, il est difficile au quotidien de tenir une année scolaire dans l’enseignement dit classique pour eux comme pour nous en tant que parents. J’étais très attristé de voir que les élus en place aient refusé le projet ENOVA, qui me semblait être une opportunité d’un autre enseignement pour mes enfants. »

« Lors de la construction de la nouvelle école, il avait été décidé de créer une piste cyclable.  Elle n’est toujours pas construite. »

Notre analyse :

Nous constatons qu’aujourd’hui, notre société tend de plus en plus vers les nouvelles technologies et le travail en collaboration, en équipe. En parallèle, nos enfants ont besoin de confort, d’écoute, de liberté, de mouvement et de réflexion, tandis que les enseignants et accueillants demandent à travailler en confiance, et les parents à être impliqués.

Il est à constater aussi que les coûts des activités et du matériel à fournir varient significativement d’une école (communale) à l’autre. Pour ce qui est des cantines scolaires, les repas pourraient être conçus afin d’y manger sain, équilibré et local.

Le Collège communal a adopté sous cette législature une politique très fermée à l’évolution de l’offre scolaire proposée. Il est pour nous incompréhensible qu’un projet comme l’école à pédagogie alternative ENOVA, souhaité et développé par de nombreuses familles et enseignants d’Arlon, ait dû finalement voir le jour à Attert suite à l’inintérêt de la majorité communale pour ce projet.

De même, le Collège communal a mené une politique renforçant les inégalités d’accès. Nous constatons en ce sens que l’accueil extra-scolaire a été augmenté dans ses tarifs proportionnellement plus pour les familles bénéficiant de moins de moyens financiers.

Notre objectif

Nous souhaitons qu’Arlon soit une commune qui réponde aux préoccupations des parents : trouver le soutien nécessaire avant et après une naissance, disposer de places dans les milieux d’accueil pour la petite enfance et dans les écoles, bénéficier des activités extrascolaires de qualité accessibles à toutes et à tous. Nous souhaitons donner l’accès à chacun aux structures et laisser transparaître l’équité au sein de l’enseignement communal.

Nous souhaitons développer l’écoute et encourager les pédagogies axées sur la bienveillance, l’échange et la liberté d’expression, favorisant l’émancipation et l’autonomie de ceux/celles qui seront les adultes de demain.

Nous voulons une commune où, dès le plus jeune âge, une attention soit accordée pour qu’enfants et jeunes atteints de handicap mental, physique ou sensoriel, puissent avoir accès et participer à l’ensemble des activités et des espaces.

Nos propositions :

Soutenir les futurs parents

  1. Apporter un maximum d’informations et supporter les initiatives et services soutenant les parents.
  2. Soutenir les parents en situation de vulnérabilité afin d’assurer que chacun ait les moyens d’élever ses enfants dans la dignité, notamment à travers le soutien du CPAS.
  3. Développer une « bébéthèque ». Il s’agit d’un système de prêt d’affaires pour bébés, sur le même principe qu’une bibliothèque, pouvant servir si votre espace de vie est restreint, que vous accueilliez un bébé occasionnellement, que votre budget soit limité ou que vous ayez décidé de consommer moins.

Renforcer la disponibilité et la qualité des milieux d’accueil

  1. Garantir l’accès à une place d’accueil à chaque enfant vivant à Arlon.
  2. Organiser et soutenir les espaces de parole et de rencontre pour jeunes parents et leurs enfants
  3. Organiser une offre de garde ponctuelle de type « halte-garderie » accessible à tous.
  4. Encourager la formation des professionnels de l’accueil afin que les milieux d’accueil soient non seulement un lieu de « garde » des enfants mais aussi des lieux d’apprentissage, de création de liens, de découvertes, de socialisation.

Renforcer et diversifier l’extrascolaire et les écoles de devoirs

  1. Développer et renforcer l’accueil temps-libre. Tous les parents n’ont pas toujours l’opportunité de faire garder leur enfant en dehors des heures scolaires – ce qui devient problématique – et nous tenons à y remédier. Les activités devront être inclusives et suffisamment diversifiées (culturelles, sportives, créatives, mises en contact avec la nature…) pour qu’elles puissent intéresser enfants et jeunes, après l’école, le week-end, et pendant les vacances scolaires.
  2. Renforcer et développer les écoles de devoirs au sein des quartiers et des villages notamment afin de soutenir les enfants ayant des difficultés d’apprentissage ou vivant dans des conditions plus difficiles. La priorité sera apportée aux quartiers où l’offre est inférieure à la demande, comme le quartier de la Meuse.
  3. Soutenir l’installation de la Coordination Locale pour l’Enfance, mise en place suite aux demandes d’Ecolo.

Offrir des pédagogies et fonctionnements scolaires variés afin de permettre l’épanouissement de chacun

  1. Développer un projet d’école à pédagogie alternative comme le projet d’école « Enova » en collaboration avec les professeurs et parents afin d’offrir aux parents qui le souhaitent des pédagogies alternatives.
  2. Soutenir le développement des classes flexibles, comme mis en place cette année dans deux classes de l’école des Lilas, afin que les élèves puissent bouger et changer de position de travail en cours de journée.
  3. Encourager la solidarité, l’échange, la participation et la bienveillance au sein des structures scolaires et d’accueil afin que nos enfants apprennent ces valeurs dès la petite enfance. Proposer davantage d’apprentissages qui poussent à la créativité en allant à la découverte de la culture de chacun, mais aussi de l’art et de la musique.
  4. Aménager les locaux des écoles pour qu’ils correspondent aux différents types d’intelligence.
  5. Encourager et développer la concertation et la coordination entre les acteurs d’une structure (école, crèche…), afin de faire émerger et remonter au niveau de la commune des projets, idées, recommandations à soutenir.

Des lieux d’accueil et des écoles vraiment accessibles à tous !

  1. Faciliter l’accueil des enfants à besoins spécifiques (avec un handicap ou une maladie chronique) en intégration avec les autres enfants dans les milieux d’accueil de la petite enfance.
  2. Uniformiser les coûts de scolarité des enfants en les mettant en adéquation avec les moyens des parents à bas revenus. Il sera convenu avec les structures que les possibilités d’activités et voyages tiendront compte de leur choix mais ne devront en aucun cas être plus élevés que le barème fixé.
  3. Être attentif au soutien et à l’intégration des enfants non francophones en leur permettant d’avoir une aide spécifique à l’apprentissage de la langue française.
  4. Rendre les infrastructures scolaires accessibles aux habitants en dehors des périodes scolaires : accès aux cours d’écoles, équipements sportifs, locations à prix démocratique des salles pour organiser des événements…

Faire des écoles des lieux de santé et de bien-être

  1. Encourager une alimentation saine à l’école, par exemple : en mettant en place une fois par semaine « la journée du fruit » (l’école fournit ce jour-là un fruit à découvrir et à partager ensemble) ; en interdisant les distributeurs de sodas ; en aidant les écoles à proposer des repas de qualité au sein des cantines des différents réseaux scolaires (marché commun avec la commune, mise à disposition du cahier de charge communal, formations communes du personnel des cuisines…) en privilégiant les fournisseurs locaux et de proximité…
  2. Prévenir le (cyber)-harcèlement au sein des écoles notamment via la mise en place de démarches d’informations et de formations du personnel à sa prévention afin qu’il se sente mieux outillé. Des collaborations avec des organes spécialisés pourront être conclues.
  3. Réduire le bruit dans les écoles communales, partout où c’est possible, par de légers  aménagements d’isolation acoustique ainsi que par la création d’espaces silencieux pour les enfants qui souhaitent se retrouver au calme pendant leur pause.
  4. Refuser tout placement d’antennes à moins de 300m des écoles afin de lutter contre la pollution électromagnétique.
  5. Encourager les déplacements actifs de et vers les écoles en aménageant les trottoirs, en plaçant des parkings couverts à vélos, en aménageant quand les voiries sont refaites des pistes cyclables, en régulant le trafic et le parking à proximité, en organisant des cyclobus et pédibus, en promouvant des brevets et cours de sécurité routière dans les écoles, en réalisant des campagnes de sensibilisation à la sécurité routière à proximité des écoles et des lieux collectifs…

Encourager la découverte de l’environnement à l’école

  1. Appuyer les initiatives écologiques au sein des écoles avec une reconnexion à la nature par des créations de potagers, de jardins, des mises à disposition de matériel scolaire recyclable, la mise en place d’une politique « Zéro déchet », des rénovations et améliorations des locaux de façon écologiques.
  2. Faire des cours d’école des espaces « oasis », verdurisés, où les enfants sont en contact avec la nature. Ces espaces verts seront mieux adaptés aux vagues de chaleur, permettant aux enfants de continuer de profiter de l’extérieur en toute sécurité.
  3. Organiser un prix de l’environnement au sein des écoles, notamment des écoles du secondaire et du supérieur, afin d’encourager les étudiants à s’investir dans les problématiques écologiques et environnementales.
Share This