Mesdames et Messieurs, les membres du Collège Communal,

Au mois de juin 2019, j’ai exposé au Conseil Communal mon inquiétude face à certains signes d’épuisement autant physiques, qu’émotionnels manifestés par certains enseignants de nos écoles communales. Je vous avais adressé une question pour un cas concret pour lequel une solution semble avoir été trouvée. En dehors de cet exemple, je constate la présence des symptômes au jour le jour à travers mes discussions avec certains enseignants mais aussi à travers la parole de nos enfants qui s’inquiètent de la santé de ceux qu’ils côtoient au quotidien.
Le burnout est un processus, il se développe sur le long terme. Plus tôt on identifie les symptômes, au plus on diminue le risque de déshumanisation des relations et de perte d’accomplissement professionnel. L’enseignant prend tellement de distance que les élèves ne sont plus que des prénoms, des places sur des bureaux ou des numéros. Ce qui n’est pas sans rappeler le fonctionnement de certaines entreprises. Ce n’est pas ce que nous voulons pour nos jeunes enfants et nos enseignants.
Il est évident qu’un enseignant qui ne va pas bien ne peut pas prendre en charge sa classe s’il n’est pas soutenu par sa direction et les autorités compétentes.
J’avais posé un certain nombre de questions, je les réitère aujourd’hui devant vous.
Quelles sont les mesures envisagées par la commune pour faire face au burnout ? Une enseignante m’a parlé de prévention qui avait été faite dans certaines écoles. Est-ce encore le cas aujourd’hui ?
Une étude réalisée dans le cadre d’un mémoire à l’UCL sur le burnout des enseignants démontre que le soutien des collègues est primordial (pair-aidance). Pourrait-on envisager une formation de nos enseignants, des groupes de parole et de soutien ? Pourrait-on instaurer « une sonnette d’alarme » qui puisse être tirée par les parents, les enseignants, le directeur de l’école ? Avoir une procédure en place avec différentes étapes bien définies ?
Je suis prête à rencontrer les différentes personnes responsables et à en discuter avec eux.
Je vous remercie de l’attention que vous porterez à la présente et vous prie d’agréer, Mesdames et Messieurs les membres du Collège, mes sentiments les meilleurs.

Vanessa Wagner

Share This